Thief of Hearts
Bienvenue à toi !
N'oublie pas de te connecter sous ton pseudonyme dofus.
Nous espérons que tu te plairas sur notre forum.
Bon jeu à toi !



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue
Statistiques du 12/07:
Niveau de la guilde : 120
Nombre de membres : 68
Niveau moyen : 181
Possessions : 10 maisons, 8 enclos
Alliance: ELYSION
Recrutement : Ouvert
Dernière recrue : Azalax
Bonnes vacances ;)

Partagez | 
 

 l'histoire d'Araucaria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: l'histoire d'Araucaria   Dim 8 Avr - 20:25

Vu que personne ne se lance dans les Rp, histoire,... J'ai décidé de vous faire partager l'histoire de ma petite sadida du nom d'Araucaria.

épisode 1 : Prélude

En l'an 618 le royaume d'Amakna est passé d'une royauté à une démocratie.
En l'an 619 a eu lieu les premières élections qui furent une très grande réussite avec l'élection au plus haut poste, le poste de chancelier suprême, de Hakan Sheran Sharm. Du haut de ses 30 ans Hakan le conquérant comme on l'appelle, est un sadida très grand et musclé qui impose le respect. Il faut dire qu'avant de se lancer dans la politique il avait participé à la Guerre de Pandala, qui pour ceux qui ne le savait pas avait opposé les brakmariens qui c'étaient installé sur Pandala face aux amaknéens au final les brakmariens se sont repliés et Pandala a été libéré. Il est aussi le meneur de la guilde politique du nom de « Mouvement démocratique ». Il était donc le premier chancelier suprême d'Amakna c'était pour lui une très grande victoire car face à lui il avait la guilde politique « les gardiens nationalistes » dirigé par l'imposant Maul un roublard d'une trentaines d'années avec qui il vaut mieux ne pas avoir de problèmes. Maul et sa guilde voulaient a tout pris réinstauré au plus vite une royauté ou une dictature dans le royaume d'Amakna.
Le pays était fragile, mais Hakan avait confiance en son sénat et pensait qu'Amakna allait vraiment s'incruster dans le modèle démocratique.

Il a fait, à l'aide de son sénat, tout se que n'avais jamais fait les gouvernements précédents c'est à dire d'instaurer un état de paix avec les villes de Bonta et de Brakmar se qui permet aux soldats de se reposer car ils enchaînaient bataille sur bataille mais aussi d'augmenter le commerce entre Amakna et ces deux villes.
C'était vraiment l'année de toutes les réussites pour Hakan car en plus d'avoir été élu et de plaire à son peuple se fut le jour où il rencontra Aichaku une chanteuse sadida reconnu dans le monde entier. Il était allé la voir à l'un de ses spectacles et il eut l'honneur de la rencontré puis de l'invité à diner et de fil en aiguille, l'amour s'installa entre nos deux sadidas. Leur relation débuta officiellement le 2 Octolliard 619. Leur relation était tellement fusionnel que le 14 Flovor 619, Hakan demanda en mariage la belle Aichaku, et bien heureusement pour l'honneur du chancelier suprême elle ne put refuser. Ils se marièrent le 8 Maisial 620 dans l'église de Gestmindster qui est la plus grande et la plus belle église de tout Amakna. Depuis ce jour le 8 Maisial est un jour férié.

Et qu'elle fut la surprise du jeune couple quand ils apprirent que Aichaku était enceinte. Tout était pour le mieux dans le monde des douzes, Aichaku a accouché d'une petite sadida le 13
Aperirel 621, Hakan était adoré de son peuple car il arrivait toujours à leur donner plus de droit et plus de liberté.
Mais pendant ce temps là, dans l'ombre la révolte se cache, en attendant son heure.

Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Lun 9 Avr - 8:57

Épisode 2 : La nuit où tout à basculé

Le 8 Maisial 621, Hakan et Aichaku avait demandé à se que leur résidence soit un peu moins surveiller par les miliciens car ils souhaitaient vivre leur un an de mariage dans le calme chez eux avec leur petite fille. Ils n'auraient peut être pas du car dans les ruelles autour de leur maison, des hommes vêtu intégralement de noir se préparer :
-Toi tu prend l'aile gauche,toi tu passes par la fenêtre du 3eme étage, les autres vous attendez mon signale quand je serrai allé sonner à leur porte. Surtout pas de pitié les personnes qui nous emploie nous ont demandé de tué la femme et la gamine. Le mari on doit l'emmener aux montagnes koalak et le tué là-bas car dans un endroit aussi perdu personne ne retrouvera son corps. Vous êtes prêt ?
-Oui chef.
Le premier passe par l'aile gauche de la maison où se trouver la porte des domestiques. Le second attendait au niveau de la fenêtre du 3eme étage. Le chef s’avança vers la porte et sonna. Le major d'homme du nom d'apocalyse vint lui ouvrir.
-Bonsoir monsieur, dit le majordome, vous êtes ?
-Ton cauchemar vieux fou, hurla le chef de la bande.
Il donna un coup d'épaule dans la porte et bouscula le majordome qui tomba inconscient par terre. C'est ainsi que tout les hommes entrèrent dans la maison, et ils commencèrent à saccager la maison de haut en bas jusqu'au moment où ils tombèrent nez à nez avec Hakan et Aichaku qui tenait sa petite fille. Hakan surpris de tomber sur des hommes armés dans sa demeure se retourna vers Aichaku et lui dit d'aller se cacher dans le grenier avec la petite. Elle partie donc en courant avec le bébé dans ses mains et laissant son mari seul contre ces hommes. Le combat commença sans politesse et sans explication verbale, en quelques minutes le combat aller presque être gagné par les brigands car forcément présent en nombre face à une seule personne. Mais Hakan n'essayait pas de les battre, il essayait de les maintenir le plus longtemps possible notamment grâce à sa surpuissante, ses ronce apaisantes et ses bloqueuses. Et il a bien fait car deux miliciens qui passaient dans la rue entendirent du bruit et virent la porte de la maison ouverte, ils foncèrent donc tête baisser dans la demeure. Ils se retrouvèrent à coté de leur chancelier suprême qui était vraiment exténuer. Ils lui dirent :
-Cher Chancelier allait vous abriter nous allons essayer de les vaincre. Monter vous cacher dans les étages.

Hakan monta au premier étage où il n'y avait aucune trace de vie, alors il passa dans son bureau et pris son épée qu'il avait accroché à un mur à l'époque où il avait décidé d’arrêter l'armée pour faire de la politique. Tout d'un coup il entendit des bruits qui venait d'un étage au dessus. Alors il courut dans les escaliers mais il était déjà trop tard, Aichaku avait été tué à l'instant par l'homme qui était passé par la fenêtre du 3eme étage. Hakan dans une fureur noir s’avança vers cet homme et lui trancha la gorge d'un coup net de son épée. Il s’avança vers le corps de sa femme. Elle souriait... peut être souriait-elle pensant qu'elle allait être vengé mais en tout cas c'était des larmes qui coulaient sur les joues d'Hakan. Il entendit des bruits non loin de lui, c'était sa fille elle avait survécu à l'affrontement. Il l'a couvrit d'une cape qu'il trouva dans un placard et la plaça dans un vieux solomonk à lui. Il la transporta comme ça car au moins si il la cachait quelque part on ne la trouverait pas. Il redescendit au rez-de-chaussé et se rendit compte que le combat faisait toujours rage. Alors il fit le tour, pour essayer d'atteindre si possible la porte d'entré pour aller cacher sa fille le plus loin possible. Mais quand il arriva en face de la porte d'entré il vit Apocalyse qui était en train de se relever :
-Apo vous allez bien ? Demanda Hakan.
-Oui Monsieur je vais bien ne vous inquiétez pas pour moi, répondit le majordome.
-Apo j'ai une mission pour vous, je vous confis ma fille, et je vous demande de retourner dans votre région natal, dans votre maison où je vous ai rencontré il y a 8 ans. Est-ce d'accord demanda Hakan ?
-Mais qu'allez vous faire Monsieur ? Répondit-il.
-Je vais aller soutenir mes miliciens dans le combat, alors Apo puis-je avoir confiance en vous ?
-Oui Monsieur je fuis directement d'ici avec Mademoiselle, si cela est votre souhait le plus cher.
-Merci Apo, répondit Hakan, je vous retrouve chez vous dans 2 mois.
Hakan embrassa sa fille, fit un signe de tête à son majordome, et se retourna avec son arme à la main prêt à en découdre.

C'est ainsi que dans la nuit noir un vieil homme se promenait avec une petite fille cachée dans un Solomonk.


Dernière édition par araucaria le Sam 14 Avr - 19:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Lun 9 Avr - 19:35

Épisode 3 : Coup d’État
Dans la nuit du 8 Maisial 621, un combat faisait rage dans une résidence d'amakna. C'était la résidence du Chancelier Suprême. La maison de Hakan. Notre sadida revint donc en courant sur le lieu du combat, où les brigands étaient en train de prendre le dessus notamment grâce à leur surnombre contre deux mercenaires. Les deux mercenaires étaient submergés par les coups qui arrivaient de tout les côtés. Ce fut à ce moment là que Hakan décida d'intervenir, il n'allait pas laisser des fous lui détruire tout ce qui lui était cher. D'abord sa femme Aichaku qui fut tuée, puis il a dû forcer son majordome à partir avec sa fille pour la mettre en sécurité. C'en était trop. Il lança une immense ronce agressive qui fonça droit sur ses ennemis, l'un d'eux se retourna, sorti son arc, et tira une nuée de flèches glacées sur la ronce qui s’arrêta net. Pendant que la ronce venait d'être arrêtée, un brigand trancha la tête d'un des deux mercenaires d'un coup de sa razielle. Il avança l'épée vers la bouche, et avec sa langue lécha jusqu'à la dernière goutte de sang qui se trouvait sur son épée. Ils étaient vraiment près à tout, mais Hakan était prêt à aller jusqu'à sa mort s'il le fallait. L'un des meurtriers dans un élan de folie se mit à jeter des bombes partout autour de lui.
-Mais il est fou, il veut notre mort ! Cria l'un de ses compères.
-Fuyons !! cria un autre.
Dans le désordre le plus total, toutes les personnes qui se trouvaient dans la maison fuirent en dehors de la bâtisse qui allait exploser. Mais là fut l'erreur d'Hakan, car il décida de sortir par la porte qui lui était la plus proche, c'est à dire la porte des domestiques où se situait en embuscade l'un de ses voleurs. Il était caché dans l'ombre de la porte, et dès qu'il vit Hakan arriver il lui infligea un coup de son bâton du Yondanwa. Hakan était à terre, assommé, il avait échoué...
Quelques heures plus tard...
-Bonsoir grand maître, nous avons accompli notre mission et nous vous ramenons le corps de votre ennemi encore vivant, dit le chef des brigands.
-C'est une bonne nouvelle que tu m'apportes tu peux donc accomplir l'autre moitié du plan, comme ça tout le monde croira qu'il a fui Amakna en tuant sa femme, et la réputation de ce sadida sera tachée à vie. Tout le monde attendra qu'un sauveur vienne reprendre les rênes de notre gouvernement, et le sauveur ce sera moi. Déclara un homme vêtu de noir de la tête jusqu'au pied.
-Bien maître nous partons de suite pour les montagnes koalaks où nous l'achèverons et y cacherons son corps.
Le 9 Maisial 621. Le très grand journal d'Amakna « Le Kouin-Kouin enchaîné », avait pour titre en première page : le Chancelier Suprême prend la fuite.
En effet, nous disait l'article, le Chancelier Suprême Hakan Sheran Sharm qui était en poste depuis maintenant 3 ans, et qui avait fait des réformes positives pour le peuple aurait décidé de fuir le pays. Il aurait tué sa femme dans un excès de rage. Selon le parti « les gardiens nationalistes », qui a un peu regardé dans les affaires du gouvernement depuis cet événement, s'est rendu compte que le pays aller bientôt s'effondrer tellement le Chancelier demandait d'argent pour faire vivre la cité. Il se serait rendu compte de sa bêtise et aurait décidé de fuir. Le sénat réclamant un nouveau Chancelier, le conseil national d'urgence décida de mettre Maul, représentant des « gardiens nationalistes », au poste de Chancelier Suprême. Voici donc le premier discours du nouveau Chancelier Suprême :
« Chers Citoyen, depuis des années cet escroc vous a trompé. Il est temps de remettre Amakna sur le droit chemin. Tout d'abord nous devons punir les coupables, toutes les personnes étant de la famille Sheran Sharm ou ayant un lien plus ou moins proche avec la famille Sheran Sharm sont désormais des ennemis de la nation et ils sont donc recherchés pour être jugés et condamnés. Ensuite, dans cet état, notre ville ne va pas pouvoir tenir très longtemps, c'est ainsi que nous allons devoir nous serrer la ceinture. Les impôts vont donc être augmentés, et vos avantages acquis sous le règne de l'escroc sont supprimé.
Mon parti est moi même, demandons aussi les pleins pouvoirs, pour pouvoir faire face le plus rapidement possible aux problèmes de notre pays. Nous allons aussi supprimer les élections de Chancelier Suprême des années 624 et 629, car il nous faudra beaucoup de temps pour voir les effets positifs des réformes que nous allons mettre en place cette année. Nous ne voulons que le bien d'Amakna. Cordialement votre nouveau Chancelier Suprême, Maul.  »


Dernière édition par araucaria le Sam 14 Avr - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Mer 11 Avr - 18:22

Épisode 4 : La fuite du majordome

Nous revenons à la nuit du 8 Maisial 621. Durant cette nuit un combat avait eu rage. Et la fille d'Hakan Sheran Sharm avait été confiée, par lui même, à son majordome qui portait le nom d'Apocalyse. Le vieil homme avait pour mission de retourner dans son pays et de protéger la petite. Il avança tant bien que mal dans la pénombre. Il avait encore les marques des coups qu'il avait reçu pendant le combat dans la demeure Sheran Sharm. Il n'était plus un jeune homme non plus et son vieux corps commençait vraiment à être épuisé par les batailles. Il décida de s'arrêter dans une petite auberge dans le port de Madestram :
« -Tavernier es-tu là ? Cria-t-il. Et là un homme à forte carrure apparu dans l'arcade d'une porte.
-Que puis-je pour toi étranger ? Demanda-t-il tout en baillant.
-Je voudrai une chambre pour la nuit. Ne me prépare pas de petit déjeuner car je serai parti avant que tu n’aies daigné ouvrir les yeux. Répliqua Apo.
-Vous êtes bien arrogant, mais si vous payez tout me va. Mais que cachez vous dans ce solomonk ?
-Ce n'est pas tes affaires aubergiste, je te paye le double de la somme pour la chambre si tu remplis une mission pour moi.
-Et laquelle mon bon Monsieur ? Répondit l'aubergiste d'un coup très intéressé.
-Si quelqu'un vient dans ton auberge pour savoir si tu n'as pas vu un homme d'une cinquantaine d'année avec un petite fille, tu lui répondra que tu n'as eu aucun client hier, et que du coup tu ne l'as pas vu.
-Bien, j’accepte. Je vous demanderai par contre de payer de suite. »
Apocalyse sorti de sa boche une petite bourse et la jeta sur le comptoir en lui disant :
« Si il n'y a pas de problème, demain matin tu retrouveras une autre bourse de ce type sur ton comptoir. »
Il prit ses affaires et monta dans sa chambre.

Le lendemain matin, comme promis il laissa une autre bourse sur le comptoir. Et il se dirigea vers les quais où se situaient tous les bateaux qui venaient commercer avec la ville d'Amakna. Il s'avança vers un homme et lui demanda :
« -Savez-vous où je peux trouver un bateau en partance pour Frigost ?
L'homme parut choqué, et sans bruit tendit son bras vers un très grand bateau.
Apocalyse décida d'aller voir ce bateau de plus près et peut être de négocier le voyage.
-Bonjour, dit Apocalyse, je recherche le capitaine de ce navire. Là un homme s'avança vers lui.
-Salutation étranger, que puis-je faire pour toi ? Dit-il.
-J'ai appris que tu partais avec ton bateau en direction de Frigost, et je recherche un bateau qui pourrait me permettre à moi et à une petite fille de nous y rendre.
-Si tu payes ton voyage étranger, et que la gamine ne va pas embêter mes matelots.
-Oh ne t'inquiète pas pour ça, elle n'a pas encore un mois, elle ne fera donc aucun mal à tes marins. »

Le bateau fut prêt à partir le 10 Maisial . Apo eut peur que des miliciens viennent vérifier la cargaison du bateau et qu'ils ne l'embarquent lui et la petite, car ils étaient désormais recherchés. Mais heureusement il n'y eu aucun contrôle de ce type. Le voyage fut long, très long. Il faut dire qu'il fallait quand même faire le tour du continent avant d'arriver à Frigost. Apocalyse s'occupait de la fillette la journée et quand la nuit arrivait, il allait sur le pont boire un coup avec les marins qui étaient de garde. Le voyage dura en tout 22 jours. Il arrivèrent donc le 2 Juinssidor sur l'île de Frigost. Apocalyse n'en revenait pas, 8 ans après, il revenait enfin sur ses terres natales. Là où il avait vécu son enfance. Il retrouvait enfin les douces neiges de Juinssidor, car pendant ce mois d'été sur Frigost la température peut atteindre les -10°C.
Trente minutes après avoir débarqué il arriva devant une grande bâtisse.

« Tu vois Araucaria, c'est ici que nous allons vivre tous les deux en attendant le retour de ton père. » Dit Apocalyse au bébé.
Il sorti une clé de sa poche, l'introduisit dans la serrure. La porte s'ouvrit, il entra avec Araucaria qu'il tenait dans les bras, il se retourna et ferma la porte.
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Sam 14 Avr - 20:56

Épisode 5 : la jeunesse d'Araucaria

Deux mois après leur arrivée, Apocalyse n'avait eu aucune nouvelle de Hakan, le père de la jeune Araucaria. Plus les mois passaient, plus le doute apparaissait dans le regard du majordome. Il était arrivé quelque chose à Hakan. « Mais quoi ? » Se demandait-il. Et il fallait bien quelqu'un pour s'occuper de la petite. Un an après leur arrivée sur le continent de Frigost, Apocalyse dû se résoudre à la dure vérité : Hakan avait dû mourir pendant les combats. Il se doutait qu'il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond, car il avait bien vu dans les journaux que Maul prenait le pouvoir et que l'ancien chancelier suprême était pourchassé. Mais il n'avait pu se résoudre à s'imaginer cette hypothèse. Il allait donc devoir éduquer seul la jeune fille. Elle était devenue la prunelle de ses yeux. A travers elle, il revoyait la beauté de sa mère et le caractère de son père. Il avait peur pour elle, c'est pour cela qu'il lui avait interdit l'accès à l'école, il prétextait que l'école était faite pour les filles issues de famille sans éducation, et vu qu'elle était issue d'une famille assez noble elle n'en avait pas besoin. C'est ainsi qu'ils vécurent heureux pendant onze longues années, où Apocalyse avait complètement oublié ce qu'il se passait actuellement à Amakna.

Il fut ramené à la réalité des choses le 13 Aperirel 632. C'était le jour de l'anniversaire d'Araucaria. Elle avait en ce jour onze ans. Mais à onze ans un enfant commence à poser des questions qui le tracassent depuis quelques temps. Araucaria demanda donc à Apocalyse :
« -Apocalyse j'ai une question, vous pourriez m'aider ?
-Bien sur mademoiselle, mais vous pouvez me tutoyer. Répondit-il.
-D'accord. Je voudrai savoir où sont mes parents car tu n'en parles jamais ! Demanda-t-elle.
-Et bien mademoiselle, répondit-il sur un ton de mensonge, votre mère est une grande chanteuse qui parcourt le monde de long en large, et votre père la suit partout, c'est pour cela qu'ils ne sont pas là.
-Mais ils vont venir un jour à mon anniversaire ? Répliqua-t-elle.
-Bien sur mademoiselle. »
Apocalyse n'en revenait pas, il avait menti à la jeune Araucaria. Comment avait-il pu ? Mais d'un autre côté lui mentir revenait à la protéger. Il se devait de toujours mentir à Araucaria, car si un jour elle décidait de partir pour résoudre ce problème, cela la mènerai à sa perte. Et Apocalyse aurait échoué dans la quête ultime que lui avait confiée Hakan, qui était de surveiller la petite Sheran Sharm. Par contre il savait aussi qu'il ne serait pas là indéfiniment et qu'un jour viendra où il devra tirer sa révérence. Alors il prit une des plus grandes décisions de sa vie. Il décida d’entraîner Araucaria à la maîtrise du combat. Elle devrait sûrement un jour faire face au danger, et le plus beau cadeau que pouvait lui faire Apocalyse était de lui enseigner tout ce qu'il avait appris quand il était jeune. Elle n'avait jamais réellement compris ni essayé de comprendre pourquoi du jour au lendemain Apocalyse c'était mis à lui apprendre la manière de se battre. Mais ce dont elle était sûre c'est qu'Apocalyse n'y allait pas avec le dos de la cuillère. En effet l’entraînement pouvait durer jusqu'à 8 heures par jour. Il essayait de lui apprendre tant bien que mal à se battre avec toutes sortes d'armes, que ce soit un arc, un bâton, une épée, une hache, des dagues, un marteau, une pelle ou une baguette. Il lui apprit aussi la façon d'esquiver des coups ou des obstacles. Sur ce type d'exercice, on ne cachera pas qu'Araucaria prît de sacrés coups. C'est en faisant des erreurs qu'on ne les refait plus disait-il toujours.

Apocalyse se cachait derrière l’entraînement pour oubliait le temps qui passe, mais le temps, lui, ne l'oubliait pas et ne l'épargnait pas. C'est ainsi que le 2 Martalo 641, Apocalyse tomba malade. Araucaria fit venir le médecin éniripsa de Frigost du nom de Radcon Murray. Son diagnostic fut sans appel :
« -Monsieur Apocalyse vous êtes atteint d'une grave maladie au niveau de votre cœur qui contaminera l'intégralité de votre sang, or un bon sacrieur comme vous sans un sang digne de ce nom ne peut survivre. Et il n'existe pas de remède connu à ce jour pour vous soigner. Il vous reste trois mois à vivre. »
Ce furent de longs et douloureux mois. Araucaria était au chevet d'Apocalyse toute la journée. Lui, était allongé, le regard perdu dans le vide. Il lui restait peu de temps, son énergie le quittait chaque jour un peu plus. Il décida donc de dire la vérité à Araucaria :
« -Mademoiselle, vous souvenez-vous le jour où vous m'avez demandé où étaient vos parents ?
-Non pas exactement Apocalyse, répondit-elle, mais pourquoi me parles-tu de ça ?
-Ce jour-là, je vous ai menti. Votre mère était bien une grande chanteuse mais elle a été tuée un mois après votre naissance, dans votre maison d'Amakna. Et votre père, à l'époque chancelier suprême, ayant décidé de venger votre mère est parti affronter ceux qui ont osé l'attaquer. Pour éviter que vous ne soyez touchée pendant le combat, il m'a demandé de retourner chez moi avec vous. Il avait prévu de nous rejoindre deux mois plus tard. Mais il n'est jamais revenu. Dit-il.
-Mais pourquoi ne jamais me l'avoir dit ? Demanda-t-elle.
-Pour vous protéger mademoiselle. Et c'est aussi pour vous protéger que je vous ai appris l'art du combat. J'ai échoué dans ma quête, dit-il, les larmes plein les yeux, je devais vous protéger coûte que coûte et maintenant vous allez risquer votre vie pour retrouver votre passé perdu...
-Bien sûr que je veux connaître mon passé, mais en aucun cas je ne perdrai face à un ennemi. Tu m'as toujours tout appris et je te devrai toutes mes réussites futures. Tu as été comme un père pour moi, déclara-t-elle les joues couvertes de larmes.
-Pour moi aussi vous avez été comme ma fille. Je vous demande juste de me promettre que, si vous souhaitez partir retrouver votre passé, de le faire après ma mort. Je veux mourir avec l'esprit tranquille. Et aussi prenez ce solomonk, c'était celui de votre père. Il me l'a donné le jour où il vous a confiée à moi.
-C'est le moins que je puisse faire pour toi, répondit-elle en prenant le solomonk. »

Le 15 Juinssidor fut enregistré le décès de monsieur Apocalyse âgé alors de 70 ans. Il légua tout ce qu’il possédait à la jeune fille qu'il avait éduqué pendant 20 longues années. Les derniers mots de son testament furent : « Prenez soin de vous mademoiselle ».
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Mer 2 Mai - 23:41

Épisode 6 : Tout faire pour partir.

Après l'enterrement, Araucaria revint à la maison qui était la sienne maintenant. Elle y prit un vieux sac, où elle y rangea quelques affaires. Parmi elles, des vêtements de rechange, de quoi manger pour quelques jours, et des kamas. Elle prit une épée dans une armoire, et mit le solomonk de son père sur sa tête. Elle sortit de la maison, enfonça la clé dans la serrure et verrouilla la porte. Pendant qu'elle remettait la clé dans sa poche, elle se dit :
« Je te promets Apocalyse que je reviendrai dans notre maison, une fois que j'aurai retrouvé mon père et résolu certaines énigmes. »
C'est ainsi qu'elle partit sur la grande route pleine de neige, qui menait au vieux port de Frigost, car pour se rendre à Amakna il faut aller sur le continent, et le seul moyen d’y accéder est le bateau.

C'est ainsi qu'elle arriva au port principal quelques heures plus tard. « C'est ici que l'aventure va vraiment commencer », se disait-elle, car auparavant elle n'avait jamais essayé de quitter l'île de Frigost. Apocalyse lui avait dit qu'un jour ils iraient peut être en vacances sur le continent, mais au final il n'avait jamais tenu sa parole. Et cela pouvait paraître logique, il avait peur que quelque chose arrive à Araucaria.

Elle fit le tour des quais, et remarqua un magnifique bateau. Il était flambant neuf, avec une grosse capacité de voilure, il pouvait certainement battre tous les bateaux des alentours à une course de vitesse. Il comportait à peu près 150 canons, il était donc prêt à toute attaque. Araucaria voulut donc monter à bord, mais le second du capitaine du bateau l’interpella :
« -Halte là, mademoiselle vous n'avez rien à faire sur ce bateau. Dit-il d'une forte voix.
-Même si je paye mon voyage ? Demanda-t-elle.
-Ici ma petite dame nous sommes des pirates et non des plaisanciers. Et les pirates ne prennent jamais de femme ni d'enfant. Rétorqua-t-il en crachant par terre.
-Et pourquoi donc ? Répliqua-t-elle.
-Une légende raconte, qu'un jour des pirates prirent dans leur équipage une femme. Elle était jeune et belle, un peu comme vous d'ailleurs, et au fur et à mesure que le voyage avançait, les marins tombaient amoureux d'elle les uns après les autres. Ce qui fit qu'un jour, les marins arrêtèrent de travailler car ils passaient leur temps à la regarder. Le bateau n'avançait plus, et ils moururent tous de faim et de déshydratation, mais ce qui est le plus étonnant c'est qu'ils ne s'en sont jamais rendu compte. Raconta-t-il.
-Donc tous les bateaux ici ne prennent que des hommes ? Demanda-t-elle.
-Oui mademoiselle. Sur ce j'ai du pain sur la planche alors bonne journée. Dit-il en se retournant. »

« Ce n'est pas possible », se disait-elle. « Je ne peux pas échouer si bêtement dans ma quête, et surtout dès le début. Juste pour une histoire de sexe ». Elle pensa que la nuit lui porterait conseil, et elle quitta le port pour se rendre dans une petite auberge nommée « Meulou Glacé ».
« -Bonsoir aubergiste, dit-elle, je veux une chambre pour la nuit. Et aurais-tu des enfants aubergiste ?
-Bonsoir mademoiselle, euh oui j'ai des enfants bien sûr. Il se retourna et hurla : Riwal, Tilio ramenez-vous. »
C'est ainsi que deux garçons arrivèrent près de l'aubergiste. L'un avait une vingtaine d'années, et l'autre tout juste une dizaine. Araucaria montra le plus âgé du doigt et dit :
« -J'ai besoin de lui. »
« -Et bien Riwal, dit l'aubergiste, accompagne mademoiselle jusqu'à sa chambre et aide la dans ce qu'elle a besoin. »
Ils montèrent tous les deux. Une fois arrivés dans la chambre Riwal demanda :
« -Que puis-je faire pour vous ?
-J'aurai besoin d'une paire de ciseaux, et de vêtements que tu ne mets plus s'il te plaît » répondit-elle.

C'est ainsi qu'il lui ramena des ciseaux et des vêtements. Curieux, il se demandait à quoi ils allaient servir alors il interrogea Araucaria :
« -Qu'allez-vous faire avec tout ça mademoiselle ? »
« -Et bien Riwal », répondit la jeune sadida,  « je ne peux pas accéder aux bateaux du port sans être un homme. Alors je vais me transformer en homme. »

Elle prit une mèche de ses cheveux et commença à la couper. C'est ainsi que le lendemain, après avoir réglé sa note à l'aubergiste, Araucaria ressemblait à s’y méprendre à un homme. Elle avait les cheveux courts, un haut assez ample, un pantalon troué, et le solomonk sur sa tête.
Elle repartit en direction du port mais elle avait tout prévu. Afin d’éviter d’être reconnue, elle ne prit pas les rues où elle était passé la veille, et elle ne voulait pas retourner au bateau qu'elle était allée voir. Si elle était reconnu en tant que femme, elle serait fichée par la milice de Frigost et elle ne pourrait plus quitter le port sans être aperçue. Mais elle ne voulait pas penser à ce qui pourrait se passer si elle échouait. Elle se disait qu’elle allait réussir. De tout façon, c’était sa dernière chance de partir. En tout cas c’était ce qu'elle se disait…
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Dim 13 Mai - 19:02

Épisode 7 : Voyage en mer.

Araucaria venait d'arriver au port de Frigost. Elle n'était pas très sûre de la réussite de son déguisement, mais c'était la seule et unique façon de quitter cette île. Elle s'avança donc vers le premier bateau qu'elle aperçut, car plus vite elle serait recrutée en tant que marin, plus elle aurait de chances de ne pas être démasquée. Le bateau qu'elle venait de voir avait l'air assez vétuste, on voyait bien qu'il avait cotôyé plusieurs fois toutes les mers du monde des douze. Ses voiles étaient en piteux état. « Mais bon, se disait Araucaria, s'il a réussi à venir jusqu'ici il arrivera bien à en repartir ».
Elle s'approcha donc de ce navire et s'adressa au premier marin qu'elle vit :
« -Salut, tu pourrais me dire où je peux trouver le capitaine de ce navire ? » dit-elle avec une voix d'homme assez limité.
« -Et bien, tu n'as qu'à monter à bord, le capitaine est le sur pont », répondit-il.
« -Merci à toi », répliqua-elle avec une voix grave.

Elle monta donc à bord, et vit que tout le monde s'activait sur le pont, ce qui signifiait que le bateau allait partir dans quelques heures. C'était une aubaine pour elle qui voulait partir le plus vite possible.
Là, un homme d'une cinquantaine d'année avec une longue barbe s'avança vers elle et lui dit :
« -Alors jeune homme que fais-tu ici ? »
« -Je viens pour rencontrer le capitaine, pour savoir vers quelle direction il se dirige et s’il peut me prendre en tant que marin », déclara-t-elle.
« -Et bien pas besoin d'aller plus loin gamin, le capitaine ici c'est moi, le capitaine Gibbs », dit-il.
« -Et bien pourrais-je savoir votre destination ? », demanda-t-elle.
« -Nous allons nous rendre à Astrub, là où les bières coulent à flot », dit-il avec un petit hoquet.
« -Mais où se trouve Astrub ? » demanda-t-elle.
« -Astrub se trouve au nord d'Amakna, mais je voudrai savoir gamin, as-tu le pied marin ? » demanda-t-il avec un regard interrogateur.
« -Ma fois, je pense que oui, j'ai déjà fait de nombreux voyages et j'ai toujours satisfait mon capitaine », dit-elle sur un air de mensonge.
« -Et bien gamin, tu seras de la partie alors. Nous partons dans deux petites heures. Tu feras chambre avec un marin du nom d’Akudo. Tiens regarde il est là ». En disant cela à Araucaria il pointa du doigt un jeune sacrieur d'une vingtaine d'années. 

Deux heures plus tard, comme l'avait dit le capitaine Gibbs, l'équipage et le navire quittaient le port de Frigost. Araucaria avait enfin réussi à quitter cette île. Elle devait maintenant exercer toutes les taches de marins pendant le voyage. Des fois elle devait nettoyer le pont, ou monter sur le mat pour ajuster les voiles... La vie de marin n'était pas un long fleuve tranquille, il fallait toujours travailler, car le navire doit avancer de jour comme de nuit. L'équipage n'avait donc pas le droit à beaucoup de sommeil. Mais il y avait quand même des moments de détente, comme le soir. En effet la nuit, le capitaine va dormir plus tôt que l’équipage, et comme il n'y a pas forcément de tempête tous les soirs, il suffit de quatre ou cinq marins pour faire avancer le bateau et de quatre ou cinq autres qui surveillent si le travail est fait. Et quand c'était le tour d'Araucaria de surveiller c'était souvent des moments de détente pour elle. Elle et les autres gardes parlaient, buvaient, rigolaient. Mais ce qu'elle préférait, c'était être de garde avec son colocataire de chambre Akudo. Ils s’étaient découvert énormément de points communs, ils avaient à peu près le même âge et donc s'entendaient très bien.
Pendant la nuit du 30 Juinssidor au 1 Joulier 641, Araucaria était de garde avec quelques marins dont Akudo :
« -Arau, à toi de prendre une carte », dit un marin.
« -Bon d'accord, répondit-elle, mais je ne comprends toujours rien à votre jeu... »
« -C'est pas grave tu n'as qu'à abandonner et nous laisser tes kamas » déclara un marin.
« -Laisse le tranquille, dit Akudo, il lui faut juste le temps de comprendre les règles et Arau te battra à ton stupide jeu ».
« -Merci de me soutenir, dit Araucaria avec une voix toujours aussi grave, mais je pense qu'il a raison je ne comprends pas son jeu, je ne pourrai donc pas gagner face à lui... »
A ce moment précis un marin hurla :
« -Droit devant, à une heure, un navire sans drapeau ! »
« -Et bien hisse le drapeau de navire marchand pour que l’équipage voie que nous n'allons pas l'attaquer », dit le marin de garde à un autre marin.
Et la réponse de celui-ci ne se fit pas attendre :
« -Alerte, ils ont hissé le drapeau noir, ce sont des pirates !! », dit-il.
« -Tout le monde sur le pont, cria le marin de garde, nous sommes attaqués par des pirates. »
Le navire ennemi arrivait à vive allure face au bateau qui transportait Araucaria. Le combat était alors inévitable.

Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Sam 19 Mai - 11:37

Épisode 8 : Bataille en mer.

En 5 minutes les deux bateaux étaient déjà côte à côte. L'attaque allait être lancée d'une minute à l'autre. Quand Araucaria vit le visage de ses adversaires, elle comprit que le combat allait être rude et sans pitié. Tout d'un coup sur le pont du navire pirate une voix forte hurla :
« A l'attaque ! »

Alors, tous les pirates sautèrent sur le pont du bateau et le combat commença. Araucaria était armée d'un bâton Cloutay qu'elle avait trouvé dans la cale. Elle s'élança sur un premier adversaire et lui infligea un coup de bâton dans le genou. Celui-ci s'écroula un pied à terre, et elle lui mit un coup de pied dans le visage, ce qui le fit tomber inerte face contre sol. Tout d'un coup une flèche passa à quelques centimètres de l'épaule d'Araucaria. Elle se retourna et vit qu’un cra situé sur le pont supérieur avait essayé de la toucher. Elle fouilla dans sa poche, en sorti quelques graines qu'elle lança en direction du cra. Une fois arrivé très près de l'archer, les graines se transformèrent en sacrifiées, et explosèrent. Il y avait vraiment beaucoup de pirates, et elle se demandait s’ils allaient réellement réussir à les vaincre. Quand elle se retourna, elle crut sa fin arrivée, un féca était à un mètre d'elle et allait dans la seconde qui suivait lui infliger un coup certainement fatal avec un marteau Réhadaure. Soudain, le féca fut contraint de reculer, à sa grande stupeur, et par la même occasion celle d’Araucaria. En réalité, Akudo venait de lancer une attirance sur ce pirate. Lorsque le sort fut fini et que l'ennemi n'était plus qu'à un ou deux mètres d'Akudo, le jeune sacrieur s'élança vers lui et lui infligea un coup de dague R'hoh dans le thorax. Le combat était en train de basculer en la faveur de l'équipage du capitaine Gibbs, jusqu'au moment où quelque chose de bizarre se passa. Tout le monde avait retrouvé sa place sur son bateau respectif. Les deux équipages se regardaient, comme si le combat n'avait pas encore commencé. Là, les pirates se jetèrent sur le navire, mais l’équipage ne pouvait faire aucun mouvement. Un sort puissant avait fait basculer le combat, et par la même occasion clôturé la bataille. A ce moment un xélor monta à bord. Il n'était pas venu se battre et apparaissait comme un vainqueur. C'était sûrement à cause de sa magie que le combat était fini. Il avait dû utiliser un Raulebaque et différents sorts de ralentissement. Il se mit face à Gibbs et déclara :
« Je suis le capitaine Klowns, capitaine de l'Umbrea Niger. Votre équipage comme le nôtre a subi de lourdes pertes. Il est temps que le combat cesse. Vous avez perdu car je vous tiens tous sous mon contrôle, mais ce n'est pas pour cela que je vais vous tuer. Voyez-vous, je suis aussi marchand d'esclaves, et de gladiateurs. Cependant, même si je ne vais pas tous vous tuer, je n'aime pas avoir deux capitaines sur un même bateau. »
A ce moment-là il fit un mouvement bref de son Amrothiline, et le capitaine Gibbs tomba au sol en suffocant. Puis Klowns reprit la parole :
« Maintenant que ce léger problème est réglé, vous avez le choix. Soit vous mourez comme votre cher et tendre capitaine, soit vous acceptez d'être fait prisonnier. »
Pendant qu'il disait ça ses marins étaient partis chercher des chaînes. Araucaria regarda Akudo. Il lui fit signe de se rendre. Quand les pirates passèrent à côté d’eux, ils les enchaînèrent. Tous les marins qui avaient accepté d'être fait prisonniers furent mit à fond de cale. Ils ne revirent plus les rayons du soleil pendant plusieurs jours. On leur donnait comme repas quelques vieux croûtons de pains tout durs.

Le 16 Joulier 641, ils furent tous retiré de la cale. Ils purent enfin admirer le soleil qui leur avait manqué pendant 15 longues journées. Mais leur joie fut de courte durée. L'Umbrea Niger venait de débarquer dans le port de Brakmar.

Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Jeu 31 Mai - 21:59

Épisode 9 : L'arrivée à Brakmar et la mise en place de l'empire.

Ils étaient tous liés les uns aux autres, et avançaient comme des futurs condamnés à mort. D'un certain point de vue ce n'était pas tout à fait faux, car arriver à Brakmar en tant que prisonnier c'est presque la mort assurée. Ils traversèrent le port pendant une bonne quinzaine de minutes, jusqu'au moment où ils passèrent devant une gigantesque taverne. Cette taverne portait le nom de Chabrulé. Klowns qui les avait escortés avec son équipage, frappa à la porte. Un homme vint lui ouvrir, il n'avait pas l'air tout à fait normal, mais bon. Ils discutèrent un petit peu dans leur coin, puis le pirate s'approcha vers les prisonniers et déclara :
« Vos familles pourront être fière de vous matelots. Je viens de tous vous vendre pour une très belle somme à cette taverne. Vous y combattrez en tant que gladiateurs. Si vous gagnez vos combats vous serez connu dans le monde des douze et appréciés des parieurs, si vous perdez le cimetière de Brakmar vous ouvrira ses bras. Sur ce, bonne chance. »

Il fit signe à l'homme qui avait ouvert la porte. L'instant d’après, des dizaines d'hommes surgirent de derrière lui et embarquèrent les prisonniers dans les sous-sols de l'auberge. Chaque détenu fut placé dans une cellule individuelle. Il y faisait sombre et froid, il n'y avait rien dans la geôle à part un peu de paille sur le sol. Araucaria était désespérée. Elle allait devoir affronter des puissants gladiateurs, et si elle dévoilait au grand jour qu'elle était une femme elle risquait de recevoir une peine pire que la mort. Néanmoins ce qui lui remonta un peu le moral, c'est que dans la cellule situé à côté de la sienne se trouvait Akudo.

Pendant ce temps-là à Amakna, Raul qui avait pu garder le pouvoir bien plus longtemps que deux ou trois mandats, venait de se faire couronner Empereur d'Amakna. Il remettait donc Amakna dans une monarchie, mais constitutionnelle selon lui. Sauf que le Sénat était constitué exclusivement de membres de la guilde politique de l'empereur. Après son sacre vint l'heure de son premier discours à la place de monarque :
« Chers habitants d'Amakna. Cela fait 20 ans que je gouverne d'une main de fer notre bon pays. Pour tous les sacrifices que j'ai fait pour vous, Amakna devait bien me récompenser. C'est donc en toute logique qu’aujourd’hui j'ai été sacré Empereur d'Amakna. Ainsi quand ma disparition arrivera mes enfants pourront reprendre mes idées pour aider encore et toujours notre bon peuple. Depuis 20 ans, nous faisons tous des sacrifices en payant plus cher nos impôts, mais ce n'est pas encore assez pour effacer les traces qu'a commis le Traître sur notre état. Il faut donc relancer la production de masse. Mais que pouvons-nous produire ? Et bien j'ai la solution ! Dans l'ancien temps Brakmar et Bonta étaient les villes les plus puissantes du monde car elles se livraient une guerre perpétuelle. Depuis qu'ils ont cessé la guerre, leur économie a baissé de moitié. J'annonce donc solennellement, moi Maul empereur d'Amakna, que je lance Amakna en guerre contre tous villages, villes ou régions qui refusent de se soumettre à la puissance de mon empire. »

Pendant qu'il parlait, ce qu'il avait oublié de mentionner c'est que le massacre d'innocents continuait encore et toujours depuis 20 longues années :
« -Condamné 650, coupable d'être passé devant la tombe d'Aichaku Sheran Sharm, la sentence est l’écartèlement.
-Condamné 651, coupable d'avoir osé dire à son fils que Hakan Sheran Sharm n'était pas un traître à son pays, la sentence est la mort par la lapidation.
-Condamné 652, coupable de s'être crû intouchable par la justice, la sentence est la mort par noyade.
-Condamné 653, coupable de ne pas avoir payé la taxe de stationnement pour le marché amaknéen de 10 000k, la sentence est la potence. »

Lorsque la nuit arriva sur Brakmar, Araucaria n'arrivait pas à s'endormir, elle se retourna vers son ami et vit qu'il ne dormait pas, elle prit son courage à deux mains et lui dit :
« -Akudo, je me dois de t'avouer quelque chose...
-Qu'est-ce qu'il y a Arau ?
-Est-ce que tu me fais confiance ? Quoiqu’il arrive, m’accepteras-tu avec mes défauts ?
A travers la grille il vit les yeux d’Araucaria étinceler.
« Oui, je te le promets ».
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Lun 4 Juin - 18:03

Épisode 10 : L'arène

Le lendemain matin à Brâkmar, le petit groupe de prisonniers fut réveillé par un geôlier :
« -Debout bandes d'esclaves. Aujourd'hui est un grand jour pour vous » dit le garde.
« -Vous allez vous décider à nous libérer ? » cria un prisonnier.
« -Certainement pas ! Cependant mon maître le grand Hector Barboussa est friand de jeux de hasard et de pari. Vous allez donc vous battre dans des combats à mort, pour faire gagner ou perdre de l'argent à des parieurs. » déclara le gardien.
« -Et si on refuse ? » rétorqua Akudo.
« - Tu ne refuseras pas. » En même temps qu'il prononça ces mots, il lui infligea un violent coup à travers les barreaux.
Akudo tomba d'un coup, la tête ensanglanté. Araucaria hurla de terreur, et le geôlier reconnut une voix de femme :
« Eh bien qu'avons-nous là ? Une femme ! Je crois que je viens de frapper ton ami, pour la peine tu seras la première à te battre, dans cinq minutes je reviens pour t'emmener dans l'arène, soit prête à souffrir » dit-il d'un ton sarcastique.

Araucaria était en larmes, son secret venait d'être révélé et Akudo était au sol dans la cellule voisine.
Tout d'un coup elle entendit quelques murmures qui provenaient du jeune sacrieur :
« -C'était donc ça que tu devais m'avouer » dit-il sur un ton très faible.
« -Oui, je suis désolée que tu l'aies appris de cette façon... » répondit-elle de façon gênée.
« -Au fond de moi je m'en doutais, et ça me rassure d'un côté » dit-il.
« -Ça me gêne vraiment... Tu dois m'en vouloir de ne pas te l'avoir dit » répliqua-t-elle.
« -Et moi je m'en voulais d'éprouver des sentiments pour un marin » dit-il avec un petit sourire
« -Tu es trop bête » répondit-elle. 
Elle passa sa main à travers les barreaux et attrapa celle d'Akudo. Ils ne se lâchèrent plus pendant les cinq minutes qu'ils leur restaient. Lorsque le geôlier réapparut, Akudo fit un petit clin d'œil en direction de la jeune femme, qui la fit rougir.
Le garde s'avança vers la cellule d'Araucaria et ouvrit la porte :
« Jeune femme c'est ton heure de gloire, ou ton heure de mort à toi de voir. »
Il l'attrapa par le bras et la força à avancer en direction du long couloir. Elle eut à peine le temps de se retourner et de voir, peut-être pour une dernière fois, le doux visage d'Akudo.

Après dix minutes de marche, le garde lui expliqua les règles du combat :
« Le principe est simple, les gens dans la salle parient sur ton combat. Si tu meurs ou si tu te blesses gravement les combats seront finis pour toi, mais sache que si tu es blessée tu resteras toute ta vie dans une cellule. Si tu gagnes il y a plusieurs solutions : après ta première victoire le public peut demander « un coup double », les mises sont alors doublées et toi tu enchaînes un second combat. Si le public a demandé « un coup double », et que tu gagnes alors tu peux demander « le combat du désir ». C'est notre grand maître qui jugera si tu as le droit d’y accéder ou non. Toute victoire dans ce combat te permettra d’exaucer un vœu. Une dernière chose, les règles entre chaque combat peuvent changer. Fais bien attention à ce qu'on te dit. Ah j’oubliais, bienvenue à Brakmar jeune fille » dit- il.

Il la força à avancer dans un couloir. Au fond, elle y vit une lumière intense. Elle s'avança. Une fois que ses yeux se furent adaptés, elle s’aperçut qu'elle était au beau milieu d'une arène de combat. Une grille se referma derrière elle, l’empêchant de faire demi-tour. Il devait y avoir une centaine de personnes qui se trouvaient autour de l'arène. Ils devaient être les fameux parieurs. Au beau milieu de cette foule se trouvait une estrade sur laquelle se situait un magnifique siège. A ce moment un bruit de cor retenti. Le silence apparut, et parmi la foule un ecaflip s’avança. Il monta sur l'estrade et s’assit sur le siège :
« Bonsoir et bienvenue dans mon auberge jeune esclave. Tu es ici pour te battre jusqu'à ta propre mort ou la mort de ton adversaire. J'espère que tu seras une meilleure guerrière que le clown qui est passé avant toi. Le pauvre, il a été écrasé très vite ! Par contre on a mis du temps à tout nettoyer. Je me présente, je suis ton maître Hector Barbouza. Tu vas participer à ton premier combat. Les règles sont simples : tu dois exploser la tête de ton adversaire avant qu'il n'explose la tienne. Pour cela je suis assez gentil, pour te permettre de combattre ton ennemi, je te donne un mourtheau. » Dit-il avec un petit rire.

Il jeta un mourtheau qu'Araucaria essaya d'attraper tant bien que mal, car ce marteau est vraiment très lourd.
Là une grille à l'opposé de l'arène s'ouvrit. L'encoche était beaucoup plus grande que celle par laquelle la jeune fille était passée. A ce moment précis, elle commença à entendre un bruit, un bruit de pas, qui se rapprochait de plus en plus. Ce bruit était de plus en plus lourd, un martèlement très puissant. Elle entendit un râle profond, et tout d'un coup, un Trooll surgit dans l’arène.
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Jeu 7 Juin - 22:42

Épisode bonus : Les clins d’œil d'Araucaria.

Épisode bonus qui va vous expliquer d'où proviennent certaines choses. Bonne lecture.

Le chancelier suprême : ce rôle qui est donné à Hakan au début de l'histoire est tiré directement de la saga Star Wars.

Hakan : le nom de ce personnage, qui est quand même le personnage principale sur les 3 premiers épisodes de la série, est tiré d'un sadida du serveur de Hel Munster prénommé Hakan actuellement de niveau 200 et qui fait parti de la guilde Fail.

Sheran Sharm : c'est le nom que j'étais obligé de mettre dans l'histoire, tout simplement parce que c'est la ligné des rois du royaume sadida dans Wakfu. On peut donc supposer que les Sheran Sharm de l'histoire sont les ancêtres d'Amalia Sheran Sharm de la série Wakfu.

Maul : ce nom a été inspiré de la saga Star Wars, en effet le premier Star Wars que j'ai vu de ma vie fut « la menace fantôme » et le grand méchant de cet épisode était Dark Maul.

Mouvement démocratique et les gardiens nationalistes : ces parties politiques que je nomme guildes politiques au début de l'histoire sont inspiré de la guerre civil en Espagne ou les républicains affrontés les nationalistes.

Aichaku : officiellement aichaku fut le nom que j'ai donné à ma première sadida sur le serveur crocoburio. Je fais donc un clin d’œil à ce personnage que j'ai encore, mais qui ne me sert pas.

Araucaria : ce nom vient directement du nom que porte ma sadida sur le jeu Dofus.

Gestmindster : ce nom est en hommage à la célèbre église de Westminster au Royaume-Uni.

Apocalyse : ce nom est inspiré d'un ami que j'avais sur crocoburio depuis il a arrêté donc je lui rend hommage.

Le Kouin-Kouin enchaîné : le nom du journal d'Amakna qui est inspiré du journal le « canard enchainé ».

Radcon Murray : ce nom est tiré du nom du célèbre médecin qui a assisté Mickaël Jackson dans les derniers moments de sa vie.

L'auberge le « Meulou glacé » : vient du fait que ce moment ce déroule à Frigost donc un endroit glacé et c'est le moment où dans le jeu j’enchaînais souvent des donjons Meulou.

Le fait qu'Araucaria se fasse passer pour un homme : cela correspond un peu à se qui c'est passé dans le jeu, car au départ ma sadida était un mâle et pour des raisons qui me concernent, j'ai décidé de récolter de nombreux ogrines pour changer le sexe de mon personnage.

Le capitaine Gibbs : le nom du capitaine est tiré directement du célèbre Gibbs des films Pirates des Caraïbes.

Akudo : le nom de ce personnage est inspiré d'un sacrieur du nom d'Akudo sur le serveur Jiva. Il est actuellement niveau 200 et fait parti de la guilde Yatsura.
Le nom des armes dans l'histoire est tiré directement du jeu Dofus, ils ne sont donc pas inventé.

Klowns : le nom du pirate Klowns est tiré d'un xélor du même nom que le célèbre pirate. Il est sur le serveur Djaul, il est actuellement niveau 200 et fait parti de la guilde Les enfants du feu. J'ai longtemps hésité à donner ce nom au personnage. En effet dans l'histoire ce xélor apparaît et clos le combat à lui tout seul. Et le premier Xélor qui m'est venu à l'esprit fut Khow ou Khow-Chon sous son vrai nom. J'avais envie de rendre hommage à ce xélor de notre serveur mais je me suis dit si je fais subir certaines choses à ce personnage je pourrai avoir quelques explications avec le vrai Khow. Donc j'ai préféré prendre un nom de xélor qui ressemblait fortement.

L'umbrea Niger : l'Umbrea Niger ou l'ombre noir si l'on traduit le nom du navire. Ce nom est inspiré de la guilde Umbrea Mortalis. Vu que le capitaine était sensé être Khow c'était normal selon moi que le bateau ait un nom qui soit inspiré de la célèbre guilde de notre serveur.

La taverne du Chabrulé : la taverne du chabrulé est une taverne qui existe réellement à Brakmar.

Hector Barbouza : Ce personnage porte ce nom car Hector Barbossa est un pirate dans les films Pirates des Caraïbes, et que le personnage de l'histoire a un peu le même caractère de pirate. Il est un écaflip car il est le propriétaire de la taverne du chabrulé donc sa me semblait logique qu'il soit un écaflip.

Voilà c'est tout pour ce bonus sur les clins d’œil d'Araucaria dans les dix premiers épisodes.
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Jeu 14 Juin - 13:32

Épisode 11 : Le premier combat

Araucaria était dans une mauvaise posture. Elle était emprisonnée dans une arène de combat, entourée par des centaines de parieurs et de gardes. Et face à elle se trouvait un immense Trooll. Le monstre écrasa son poing sur le sol, pour montrer qu'il était le plus puissant. A ce moment Araucaria sentit la terre vibrer sous ses pieds. Le combat allait être rude, voire impossible, mais elle devait donner tout ce qu'elle avait dans cette bataille. Elle prit de ses deux mains le mourtheau qu'on lui avait donné, et se mit à courir vers le monstre en hurlant. Le trooll eu à peine le temps de comprendre qu'elle arrivait sur lui, qu'il senti une masse s'abattre violemment sur son pied. La bête souleva ses deux poings et les abattit directement sur la jeune fille qui était alors à sa portée. Si elle se prenait ce coup, ç'en était fini pour elle dès la première touche. Elle ne pouvait accepter de perdre aussi bêtement, écrasée en un clin d’œil par son ennemi. Alors, elle eut la présence d'esprit d'essayer de se sauver avec ses sorts. Elle toucha le sol, et en un instant, un bouclier de ronce apparu qui forma un dôme pour protéger intégralement le corps d'Araucaria. Le monstre insista deux ou trois fois, mais il ne pouvait rien faire : les sorts sadida était plus puissants que la force brute d'un trooll. Alors il se mit à surveiller tout mouvement venant de ce bouclier de ronce. Il était prêt. Au premier mouvement il abattrait un coup de poing mortel sur la jeune fille. D'un coup les ronces disparurent dans un nuage de fumé. Le trooll n'hésita pas un instant et cogna du plus fort qu'il put dans ce nuage de fumée. Une fois la fumée dissipée, il constata qu'il avait écrasé quelque chose. Il s'approcha, mais quelle fut sa surprise quand il vit que ce n'était qu'une simple bloqueuse. Et là il n'eut pas le temps de se retourner. Araucaria surgit dans le dos du monstre et frappa de toutes ses forces sur la tête de son adversaire. Le trooll tomba immédiatement face contre terre. La jeune sadida s'avança vers son ennemi et souleva sa tête, tout en disant :
« Regardez bien les yeux de ce trooll. Il a un regard horrifié. On peut lire la terreur dans l'expression de son visage qui restera figé à jamais. J'ai gagné le combat ! » dit-elle avec beaucoup d'assurance.

Les cris et les applaudissements du public se firent directement entendre.
« Bravo jeune femme. » dit Barboussa. « Tu as gagné ton premier combat parmi nous. Je laisse au public le choix de te faire continuer ou de te laisser rentrer dans ta geôle. »
A ce moment, Araucaria entendit ce qu'elle voulait entendre. Le public réclamait un second round. Ce qu'ils appellent « un coup double ».
« Du calme dans la salle » Hurla Barboussa pour faire régner l'ordre. « Je crois que nous avons tous compris ce que veut le public. Et ce que veut le public, Barboussa le réalise » dit-il. 

Il se retourna vers un homme derrière lui et lui glissa quelques mots discrètement. Puis il reprit la parole :
« Eh bien, tu vas avoir la chance de tenter « le coup double » pour ton public. C'est très rare d'avoir accès au « coup double » dès sa première journée de combat. Il faut croire que tu as impressionné tout le monde avec ton premier duel. Pour un gladiateur spécial, il faut un combat spécial. C'est pour cela que j'ai demandé que l'on te prépare un adversaire encore plus coriace que le premier. Tu ne seras pas déçu du voyage, marin d'eau douce » dit-il sur un ton de moquerie. 

A cet instant, la porte par laquelle était apparu le trooll s'ouvrit.
Un féca, un sacrieur, et un cra s’avancèrent sur le sable de l’arène.
« Tu vas affronter une équipe très connue de gladiateurs, on les nomme la Meute, car je les ai obtenus tous ensemble et qu'ils se sont toujours battus en équipe. Le but de ton combat est de tous les tuer, dans un duel un contre trois. » Hector Barboussa s’arrêta de parler et éclata de rire.

Le combat était encore plus inégal que le premier pour Araucaria, mais elle se devait de se battre jusqu'à son dernier souffle.
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Mar 19 Juin - 22:36

épisode 12 : le second combat

Araucaria dévisagea du regard ses trois ennemis. Sur leurs visages, elle lisait de la joie, et une envie de gagner inébranlable. Elle prit son mourtheau et le lança sur son épaule. Le marteau eut à peine le temps de toucher l'épaule de la jeune fille, qu'il venait de s'envoler dans les airs. En effet, le sacrieur venait d'utiliser une attirance pour soulever l'arme. Là, le cra lança une multitude de flèches qui firent exploser l'arme. Il ne restait que des miettes du marteau qui avait servi à tuer le trooll. Araucaria passa donc à l'offensive en utilisant ses ronces, mais en guise de riposte le féca utilisa ses meilleurs boucliers. Comment était-il possible de vaincre 3 ennemis qui se complémentaient parfaitement ? Le sacrieur frappait au corps à corps, le féca protégeait ses alliés, et le cra tapait le plus loin possible. Le sacrieur passa à l'attaque en attirant Araucaria. Elle se retrouva donc à quelques mètres de lui, il dégaina une paire de dague Ruik, et s'élança sur Araucaria à pleine vitesse. Le seul moyen qu'elle eut de stopper son attaque fut d'utiliser une ronce apaisante pour l’empêcher de bouger. Là elle voulut enchaîner avec une ronce agressive, mais le féca arriva juste à temps pour utiliser ses boucliers près du sacrieur. Et la une idée survint dans l'esprit d'Araucaria, elle ne devait pas les vaincre tous en même temps. Si elle en faisait chuter un, les autres allaient se retrouver affaiblis et donc ils seraient plus facile à battre. Elle décida donc d'invoquer une surpuissante qui empêcha le féca de bouger, puis elle se retourna face au cra. Il c'était positionné dans un coin de l'arène en attendant que ses amis aient besoin de lui. Il prit à deux mains son arc à Chon, et commença les hostilités. Pour se défendre Araucaria dû utiliser une bloqueuse qui reçut tous les coups à la place de la sadida. Elle ne pouvait pas bouger, bloquée derrière son invocation pour se protéger. Et là, elle décida d'utiliser le sort tremblement pour atteindre directement son ennemi. Dès la première secousse arriva le cra fut tellement surpris de recevoir cette attaque qu'il en fit tomber son arc. Ce fut enfin le moment de passer à l'attaque : Araucaria sortit de sa cachette improvisée et lança toutes ses ronces contre le cra. Quand elle cessa ses sorts, elle vit son ennemi écrasé contre le mur de l'arène. Elle se retourna vers les deux autres qui étaient toujours immobilisés. Cette fois elle lisait de l'horreur dans leur regard. Ils voyaient la Mort en elle. Elle se positionna sans défense face à ses deux ennemis, et les regarda sans rien dire. Le sacrieur tenta le tout pour le tout et décida d'encore une fois attirer la sadida vers lui pour la taper directement. Il attira un être vivant cela est sûr, mais quel fut son étonnement quand il vit une sacrifié se retrouver face à lui. Elle le regarda avec un grand sourire et explosa juste à côté de lui. Le sacrieur était lui aussi hors combat. Tout allait se jouer entre le féca et Araucaria. La jeune fille décida d'abord de tourner autour de son ennemi. Elle ne pouvait pas l'atteindre vu qu'il se protégeait, mais il ne pouvait pas bouger. Elle s'approcha du corps du sacrieur qui gisait à deux mètres de là et ramassa la paire de dague. Elle revint face au féca et d'un léger coup de main invoqua des ronces insolentes qui brisèrent en un clin d’œil toutes les protections qu'il avait utilisées. Elle le frappa mortellement dans l'abdomen. Il s’effondra par terre, sans bruit.

Le combat était fini, cependant Araucaria était allée au bout de ses forces. Elle s'assit par terre à côté du féca, sous les applaudissements d'un public en délire.
Hector Barboussa se leva et pris la parole :
« -Eh bien quel combat jeune femme. Quand on m'a dit que j'avais une femme parmi mes esclaves j'avais envie de te sacrifier à un de mes monstres, puis je me suis dit pourquoi ne pas voir ce qu'elle vaut dans une arène, et je ne regrette pas mon choix car tu m'as bien amusé. Maintenant la question que tout le monde se pose, veux-tu tenter le combat du désir ? » Dit-il.
« -Mon cher Barboussa, je suis Araucaria, jeune fille sadida, j'ai gagné toutes tes épreuves. Donc je veux le combat du désir. » Déclara-t-elle d'un ton assuré.
« -J'aime les femmes qui ont du caractère. Alors je t'accorde le combat du désir. » Dit-il.

A ce moment-là tout le public hurla de joie à l'idée de la revoir se battre une ultime fois.
« -Quel est ton désir jeune fille ?» Demanda Barboussa.
« -Je veux que mon voisin de cellule prénommé Akudo et moi-même soyons libre. » Répondit Araucaria.
« -J'accepte le pari gamine. » Répondit-il avec un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
araucaria
Mangeur de vies
avatar

Messages : 1357
Points : 11079
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   Mar 26 Juin - 1:04

épisode 13 : le combat pour la liberté

Barboussa se leva de son siège, et hurla à ses gardes d'un ton ferme :
« Amenez le dénommé Akudo dans l'arène et plus vite que ça »
C'est ainsi que dix minutes plus tard Araucaria vit arriver le jeune sacrieur dans l'arène avec les pieds et les poings liés. Les gardes le détachèrent et firent demi-tour.
Il était là. Face à elle. L'homme qu'elle espérait revoir un jour. L'être qu'elle aimait. Certes ils ne se connaissaient que depuis le départ du bateau à Frigost, mais le fait d'avoir toujours été ensemble depuis ce jour-là lui a montré à quel point elle tenait à lui. Elle fonça vers lui pour voir comment se portait la personne qui lui était si chère. En s'approchant de lui elle vit qu'il était dans un sale état, il avait pris des coups depuis qu'elle était partis dans cette série de combats. Il avait dû se faire frapper par les gardes pour le forcer à avancer. Il ne bougeait presque pas, allongé sur le sol. Elle s'agenouilla à ses côtés, et lui dit :
«- Akudo, comment tu vas ? »
« - Ca peut aller princesse j'ai vu pire » répondit-il sur un ton de souffrance.
« - Je vais t'aider à te relever » lui dit-elle. 

Elle le prit par l'épaule et le remit sur ses pieds. Il avait l'air de souffrir pour se tenir debout. Cela fit énormément de mal à Araucaria, mais elle ne pouvait rien faire pour le moment. Tout ce dont elle était capable c'était de gagner ce dernier combat pour qu'ils soient enfin libre tous les deux. Ainsi elle pourrait l'emmener chez un médecin pour le faire soigner le plus vite possible.
« -Bien, maintenant que vos touchantes retrouvailles sont faites, nous allons passer au combat ! » dit Barboussa.
« -Je suis prête à affronter n'importe quel ennemi. » répondit la jeune femme.
« -Cela tombe bien car ton adversaire est à côté de toi » dit-il sur un ton sarcastique.
« -Comment ? » Répondit-elle à la volée.
« -Tu as bien compris jeune fille, tu vas affronter ton ami. »
« -Vous m'aviez promis de nous libérer tous les deux. MENTEUR ! » Hurla-t-elle.
« -Je ne t'ai pas promis de vous libérer tous les deux vivants, là est mon interprétation. » dit-il sur un ton moqueur.

Il jeta un glaive icération dans l'arène et s’assit à sa place, prêt à voir le combat du désir.
Araucaria était en larmes. Comment pouvaient-ils se sortir de cette situation ? Ils ne pouvaient pas être libérés tous les deux. Pour que l'un soit libre, l'autre devait mourir. Elle ne pouvait pas supporter cette issue. Elle préférerait vivre toute sa vie dans les cachots de cette auberge avec Akudo plutôt que l'un des deux doive se sacrifier pour que l'autre soit libre. Mais tout ne dépendait pas que de son avis personnel. Akudo aussi avait son mot à dire. Ils devaient prendre la décision à deux. Mais seulement, arriverai-t-il à donner son avis ? Vu son état, la sadida en doutait fortement. Mais c'est à ce moment-là que l'improbable pour elle se réalisa. Son jeune ami prit la parole :
«  Princesse, on ne peut pas être libéré tous les deux. Je préférerai que tu éloignes cette arme de toi si tu le veux bien, pour que l'on montre que nous sommes contre le fait de s'affronter. »

Araucaria s’exécuta, contente de la décision d'Akudo. Elle s'approcha de l'épée et la ramassa pour aller la poser plus loin. Mais au moment où elle prit l'arme en main, un sort arriva sur elle. Le sacrieur avait lancé une attirance. Elle se retrouva dans ses bras musclés couvert de coups. Il approcha sa bouche de son oreille et lui murmura :
« Je ne pourrai supporter de te voir emprisonnée. Ta vie sera belle. Promets-moi de partir d'ici et de profiter de ta vie. »
A ce moment, il s'effondra par terre. L'épée qu'avait en main la jeune fille avait transpercé de part en part son jeune ami. Elle se jeta sur lui, pour essayer de le soigner du mieux qu'elle pût, mais il avait déjà perdu beaucoup trop de sang. Le sacrieur n'était plus maître de son corps. Il était sur le point de mourir. Alors qu'elle pleurait toutes les larmes de son corps, elle décida de l'embrasser une dernière fois. Elle espérait de tout son cœur que cet instant allait durer une éternité et qu'il allait être soigné par une divinité lors de ce baiser. Mais il n'en fût pas ainsi malheureusement. Quand elle se redressa, elle vit bien qu'il était en train de lutter pour survivre, ne serait-ce que quelques secondes de plus. Malgré les larmes qui coulaient sur son visage elle réussit à lui dire ceci :
« Mon amour, je te promets de partir d'ici. Cependant je ne pourrai jamais être heureuse sans toi à mes côtés. »

Une larme coula le long de la joue d'Akudo. Son pouls diminua jusqu'à s’arrêter. Son regard se vida de toute vie. Akudo était mort. Il avait choisi de se sacrifier pour permettre à Araucaria d'être libre. Les gardes survinrent, et prirent la jeune fille pour la sortir de l'arène, mais elle ne voulait pas. Elle voulait rester aux côtés de son ami défunt. Elle avait beau pleurer, hurler, rien n'y changea. Ils l'emmenèrent en dehors de l'auberge. Et ils repartirent dans l'auberge sans un mot. Elle s'élança de toute sa force contre la porte de la bâtisse, mais rien ne bougea. Elle écrasa son poing contre la porte espérant que quelqu'un vienne lui ouvrir. Mais c'était perdu d'avance. Elle continua pendant une bonne demi-heure sans avoir de réponse. Puis elle décida de renoncer. Elle ne pouvait plus rien faire. Elle était dorénavant libre, mais seule dans les rues de la ville de Brâkmar.
Revenir en haut Aller en bas
http://team-ba-crocoburio.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'histoire d'Araucaria   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'histoire d'Araucaria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [critique] de l'histoire d'Araucaria
» l'histoire d'Araucaria
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thief of Hearts :: Espace détente :: Les contes des voleurs-
Sauter vers: